Tokyo, une ville fade?

 » Quand les diverses saveurs, cessant de s’opposer les unes aux autres, restent contenues dans la plénitude : le mérite de la fadeur est de nous faire accéder à ce fond indifférencié des choses ; sa neutralité exprime la capacité inhérente au centre. A ce stade le réel n’est plus bloqué dans des manifestations partiales et trop voyantes ; le concret devient discret, il s’ouvre à la transformation »

François Jullien, Eloge de la fadeur, p.19

Publicités
1 commentaire
  1. Christian a dit:

    Et la photo, c’est toi qui l’a prise ? avec ton Lomo ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :