Fûga (refinement of life)

Teshima art museum, Ryue Nishizawa

Teshima art museum, Ryue Nishizawa

When a feeling reaches its highest pitch, we remain silent, because no words are adequate. Even seventeen syllabes may be too many. In any event, Japanese artists, more or less influenced by the way of Zen, tend to use the fewest words or strokes of the brush to express their feelings. When feelings are too fuly expressed, no room is left for the unknown, and from this unknown start the Japanese arts.

Zen and Japanese culture, Daisetz T. Suzuki

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :